Trois portes

14 rencontre

– Eve, tu sais que je ne suis pas une rapporteuse, non?
C’est ce que me demanda Tulipinette quand nous nous accroupîmes tous derrière des touffes et des nuages colorés.
-Oui je le sais. Cependant, ce n’est pas le bon moment pour de telles discussions – lui murmurai-je pour ne pas effrayer le Corbeau.
Il était toujours assis dans l’arbre, dans le fond à la croisée des lignes de fuites, et il regardait partout très attentivement.
-Tout colle ici bizarrement, et il y a ce désagréable nuage épais. Mais chez toi, pour nous, ce n’est pas mieux non plus. Chez toi il fait un peu… hmmm… tu vois… eh bien, tu vois comment ?
– Chut, Tulipinette! Arrête de bavarder sinon il nous verra ! Je ne sais pas de quoi s’agit-il et ce que tu veux dire.
– J’ai déjà dit, je ne cafte pas !
– Ici il n’y a pas de question de rapporter, mais informer de quelque chose d’important. Ou alors dire un secret confidentiel et en privé. Formulons cela simplement : le souffler à l’oreille.
– Je vais donc te dire à ton oreille que quand tu peins nos aventures avec tes… tes… comme tu les appelles tes AQUARELLES, nous on a un peu… humide, mouillé. Mais je ne suis pas une cafteuse! Tu l’as dit toi-même. Je viens simplement le souffler à ton oreille.
– C’est tout à fait compréhensible que vous soyez mouillés, car les aquarelles sont des peintures à base d’eau. Ici, probablement par hasard et sans mon intervention particulière, nous nous sommes retrouvés dans le tableau créé avec de la PEINTURE À L’HUILE.
– Je préfère ici ! déclara spontanément Tulipinette.
– A mon avis, c’est le vestibule du paysage réel de la peinture à l’huile.
– Qu’est-ce qu’on attend alors? En avant, marche!
– Et le Corbeau?! N’as-tu pas peur de lui? Demanda le Renard très surpris.
– Non, j’ai moins peur de lui maintenant. Je tiendrai la main à Eve et elle nous protégera. Donnez-vous vos mains aussi ! Nous allons faire une sorte de… de… chaîne. On ira un par un, hein? D’accord ?
-Très bonne idée ! s’exclamèrent les autres, convaincus.
Nous avançâmes donc vers l’arbre du Corbeau, lentement et tranquillement. L’Oiseau Bleue et le Lièvre ne se pressèrent pas suffisamment, car ils sont plutôt timides, mais finalement ils se joignirent à nous.
En nous rapprochant de l’endroit où le seul arbre se dressait sur un fond de brouillard coloré et transparent, nous fûmes surpris. Derrière l’arbre, d’ailleurs, tordu comme une ficelle, nous apparurent les contours de trois grandes portes. Chacune d’elles avait une nuance différente. La première était blanche et avait son encadrement noir. La deuxième oscillait entre des taches ocres et vertes. Enfin, la troisième, était recouverte d’une couche des nuances de violet bleuâtre pâle et pastel.
– Hmmm… c’est pas croyable… c’est un sérieux problème à décortiquer, s’inquiéta le Renard. Une affaire pour l’Ecureuil Ducreux !
– Oh oui, elle pourrait nous être utile maintenant, acquiesçai-je.
– Bon, éventuellement, je pourrais voler de l’autre côté et voir ce qui s’y trouve, mais je ne peux pas le faire maintenant, avoua honteusement l’Oiseau Bleue.
– Pourquoi tu ne peux pas le faire, alors qu’habituellement tu le peux ? s’étonna Tulipinette.
– Et bien… parce que… j’ai vraiment peur de ce Corbeau! Il a fait tellement de mal! éclata l’Oiseau Bleue puis se cacha dans ses plumes.
– Ne t’inquiète pas, cela n’a pas d’importance, lui assurai-je. Nous ne nous fâcherons pas pour cela. Et puis, levant les yeux vers toi dans le ciel, nous ne verrons pas ce qui est sous nos pieds. Et il faut toujours regarder où l’on met les pieds. Ce point de vue, ou autrement dit – la perspective, s’appelle LA PERSPECTIVE DE GRENOUILLE ou LA CONTRE-PLONGÉE.
– Hmmm … c’est pas croyable… commenta mon argument le Renard.
À cet instant, le Corbeau sursauta sur la branche, puis s’envola en déployant ses énormes ailes. Le spectacle fut impressionnant, car ses ailes n’ont rien à envier à celles d’un aigle ou d’un faucon. Sous l’arbre, où il était assis il y a encore quelques instants, nous aperçûmes une grosse graine oblongue.
– Ooooh! Je me demande ce que c’est ? s’exclama Tulipinette, ravie de cette découverte.
– Approchons-nous ! Nous le verrons mieux, suggérai-je. Comme ça, nous allons faire comme des oiseaux et pas comme des grenouilles, parce que nous regardons la graine d’en haut. Cette fois ce sera LA PERSPECTIVE D’OISEAU donc LA PLONGÉE. ;
– Je suis un oiseau! Je suis un oiseau comme toi! Nous changeons de peau comme de vrais magiciens ! ravie, Tulipinette se blottit contre son amie ailée.
– Ha… c’est pas croyable… Comme dans une prophétie. Seulement sans grenouilles, mais avec des oiseaux, dit pertinemment le Renard.
À ce moment, quelque chose me vint à l’esprit.
– Tu as raison! Je sors Murex, à tous les coups il connaît la réponse!
Je commençai à fouiller dans mon sac à dos avec le sentiment que ce corbeau n’était pas le mauvais Corbeau, mais son serviteur rebelle. Celui-ci va certainement nous aider! Il n’y avait rien de mieux pour nous dans cette situation, que d’écouter la voix de l’oracle, le message du Coquillage de Présage.

Pour mieux connaitre Tulipinette et la personne qui la dessine et en parle dans le texte, sélectionne ce billet TULIPINETTE.

Lis l’histoire !

19 L’abime blanc

L'abime blanc 19 rencontreUne grande ombre noire surgit sur nous avec tout son élan. Comme un nuage noir et menaçant, ses ailes déployées au-dessus de nous, nous poussèrent dans l'abîme blanc, étendu à nos pieds. - Je tombe! cria Tulipinette terrifiée. - Restez...

18 La centrifugeuse

La centrifugeuse 18 rencontreIl était là-bas, en arrière-plan. Des couleurs chaudes et ensoleillées se mélangeaient entre elles, mais sous l’influence d'un remaniement constant, elles prirent finalement des nuances vert-bleuâtre. Des tourbillons de couleurs, rapides...

17 La troisieme porte

La troisieme porte 17 rencontre- Tulipinette, dépêche-toi, vous aussi ! pressai-je mes compagnons. En les tirant derrière-moi, je me dirigeai vers le Renard, figé sur place. - Nous sommes arrivés à la Porte d’Harmonie et nous devons à tout prix garder nos silhouettes...

16 La deuxième porte

La deuxième porte 16 rencontre- Eve, je n’en peux plus ! Je vais lâcher ! Tulipinette haletait et soufflait accroupie sous le portail noir et blanc. Je m’étais assise en tailleur sur ce sol collant pour dessiner la situation actuelle. Pendant ce temps, elle tenait...

15 La premiere porte

La premiere porte 15 rencontreJe sortis Murex de mon sac à dos, ainsi que mon matériel de dessin : un petit bloc pour des croquis, quelques crayons, un taille-crayon et une gomme. - Je vais dessiner ce paysage, au cas où nous devrions revenir après avoir passé l'une...

13 Le brouillard de couleurs

Le brouillard de couleurs 13 rencontre- Alors quoi ? On court pour rejoindre le groupe ? demanda Tulipinette quand finalement je me matérialisai à côté d’elle sur la surface picturale. - Je ne pense pas que nous ayons le choix, répondis-je sans tourner autour du pot....

12 Le passage

Le passage 12 rencontre- Eva! Eva! Il me manque encore le ruban de mes pointes ! Je ne peux absolument pas passer ma deuxième jambe de ce côté-là ! jeta les hauts cris Tulipinette toute emmêlée. - Oh, pardon ! Excuse-moi ! Je corrige immédiatement cette erreur ! Le...

11 Le depart

Le depart 11 rencontre- Eva! Lève-toi ! Lève-toi ! C'est déjà le matin ! Quelqu'un me tirait par la manche de ma chemise de nuit et criait d'une voix stridente à mes oreilles endormies. J’ouvris un œil, le droit en premier. Le second ne répondit pas à ma commande, car...

10 La grande reunion

La grande reunion 10 rencontreJe plaçai une boîte avec "Le Coquillage de Présage" au milieu de la table de la cuisine et je regardai le cercle des invités assis tout autour. Ils étaient arrivés sans retard, à l'heure convenue, et chacun avait son bagage de voyage avec...